· Blog de veille

À quoi s’attendre en 2020 côté tech ?

Retrospective 2019 - Côté tech
2020 est déjà là !

Il est donc temps pour nous de faire une rapide rétrospective de cette année et de (re)découvrir les différentes actualités de la fin 2019 et nos espoirs pour 2020 côté tech.

Tout va si vite

En quelques années maintenant, les technologies liées aux développements, à l’infrastructure, aux opérations se sont développées, modernisées et démocratisées à une vitesse exponentielle.

  • De projets mono-techno – monolithique, nous passons à des projets multi-technos, avec des architectures micro-services ;
  • De l’hébergement on-premise, aux infogérants, à l’hébergement dans le Cloud ;
  • De provisioning de machines à la main, via des scripts “bash”, pour arriver à du conteneur en production, de l’orchestration, en passant par l’automatisation par Chef, Puppet, Ansible…  ;
  • Les Clouds Providers proposent des dizaines, voir centaines de services managés

Bref, les évolutions sont colossales et il est compliqué de tout suivre, de ne pas se demander si l’on est déjà “has-been” parce que l’on n’utilise pas la dernière technologie à la mode.

Rassurez-vous, nous sommes tous dans ce cas et il n’y a pas de honte, lorsque cela ne se justifie pas.

Alors essayons de faire le point sur tout cela :

L’actualité de cette fin d’année 2019

Docker Inc. se repositionne

Avec la cession de sa solution (et les équipes associées) Docker Entreprise à Mirandis. Docker se repositionne sur le créneau qui a fait son succès initial : les outils pour les développeurs.

On espère voir de belles améliorations sur les performances des versions Docker for Mac et Docker for Windows,
et on suivra de près les nouveautés qui pourraient voir le jour.

De plus, conséquence directe du repositionnement de Docker Inc., l’arrêt annoncé de Swarm.
Si Swarm reste une bonne solution pour se lancer, il devient cavalier de miser dessus à plus long terme.

Le dernier réel outsider dans le secteur de l’orchestration est donc Nomad d’Hashicorp qui gagne, petit à petit, en popularité.

Pour le bien de tous, il est bon d’avoir des compétiteurs actifs et ainsi garder une émulation saine.

On souhaite donc à Nomad de continuer sa croissance et à d’autres solutions d’émerger.

2020 sera plus Kubernetes que jamais

On vous avait dit que Kubernetes avait gagné la bataille des orchestrateurs. Aujourd’hui, on peut dire qu’il pourrait bien gagner la bataille de la virtualisation.

Vous n’y croyez toujours pas ? Vous voulez un autre indicateur de la victoire de Kubernetes ?

Regardez les différents providers Cloud ? Ils offrent tous (sans exception) un service managé Kubernetes.

  • Azure
  • Amazon
  • Digital Ocean
  • Google Cloud Platform
  • OVH
  • Scaleway

Toujours pas convaincu ? Vous pensez à VMware ?

Voici quelques exemples de rachats opérés par VMware sur 2018/2019 :

  • Pivotal qui fournit entre autres la solution PaaS Cloud Foundry et des nombreux outils DevOps
  • Heptio, société spécialisée sur Docker et Kubernetes
  • Bitnami, société également spécialisée sur les aspects virtualisation, Docker et Kubernetes et outillages DevOps

Enfin, que dire aussi de l’annonce de VMware du “Project Pacific” qui prévoit de faire que vSphere se base et étendre Kubernetes pour continuer à gérer les applications telles qu’aujourd’hui avec des machines virtuelles !

Un sacré tour de force, non ?

Nos espoirs pour 2020

L’avènement des environnements de développement directement dans le Cloud ?

La tendance de fond est déjà là depuis pas mal de temps et plusieurs sociétés se sont déjà positionnées sur le créneau. Néanmoins, aucun leadership n’a encore été pris et tout est à améliorer.

On suivra donc, pour les environnements de développement basés autours de Kubernetes des solutions comme :

On croit beaucoup en la fin des environnements de développement sur nos machines pour en finir réellement avec les “ça marche chez moi”, les problématiques de ressources CPU, mémoires, disques, …

L’intégration et le déploiement Continue

L’intégration et le déploiement Continue doivent devenir “Cloud Natif” tout en revenant à ce qui fait que cela fonctionne : la simplicité.

Il n’existe et n’existera jamais un workflow universel et encore moins un outil magique pour répondre à toutes les problématiques.

JAMstack everywhere

Le courant JAMstack¹, pour Javascript, API, Markup, est en plein boom et permet de répondre à de nombreux enjeux notamment :

  • La performance : généralement les sites JAMstack ont à minima une version statique qui peut donc être servie très rapidement et optimisée
  • La sécurité : avec un site statique, on réduit grandement les possibilités d’exploitation et les sites nécessitent donc moins de mises à jour software, middleware…
  • L’accessibilité, SEO…  sans contrainte : contrairement à certaines solutions ou CMS qui imposent parfois une quantité importante de markup “inutile”, les sites JAMstack sont basés uniquement sur des templates HTML, CSS et Javascript. Seul la connaissance des développeurs entre en jeu
  • La mise à jour : la mise à jour du contenu du site passe par une simple publication d’une nouvelle version du site HTML

Et cette année 2019 a vu la naissance (ou la forte croissance) de nombreux outils :

  • des générateurs de sites “statiques” :
    • Hugo
    • Gatsby
    • Nuxt / Next
    • VuePress
  • des CMS headless en SaaS ou Open Source :
    • Netlify CMS
    • Contentful
    • Forestry
    • DatoCMS
    • Sanity
    • Drupal
    • WordPress
  • Des hébergements dédiés ou inclus chez les Clouds providers :
    • Netlify
    • Github Pages
    • Gitlab Pages
    • Azure Blob Storage

La qualité, la performance, l’Accessibilité et la sécurité

La qualité, la performance, l’Accessibilité et la sécurité ne doivent plus être vues comme uniquement des centres de coûts !

Ce sont actuellement des pans du web souvent parfois délaissés car lorsque l’on parle de ROI sur ces postes, il est quasiment impossible de faire des calculs réalistes.
Par conséquent, les actions d’identification des soucis, de correction et de monitoring sont uniquement vues comme des coûts dont les budgets sont débloqués en cas de soucis majeurs (gros ralentissement du site qui impacte visiblement le SEO ou la conversion, procès, failles exploitées, …) par bon nombre d’entreprises.

Nous espérons pour 2020 une prise de conscience collective par tous les acteurs (sociétés de service, startups, clients, administrations, …) sur ces sujets dont l’investissement préventif devient un enjeu majeur.

Et s’il en fallait plus pour vous convaincre, quelques preuves que ces enjeux sont en plein dans l’air du temps :

  • Opquast, partenaire Clever Age, le référentiel et certification sur la qualité et les bonnes pratiques du web², lève 500K€ pour accélérer son développement
  • We 🖤 speed, une conférence dédiée à la performance cartonne pour sa 2nd édition³
  • De plus en plus de procès (et condamnations) pour accessibilité mal ou non gérée, pour le moment essentiellement aux États-Unis mais la France n’est pas à l’abri
  • La sécurité n’est pas en reste avec la RGPD et la CNIL et ses amendes records pour défaut de sécurité (Darty par exemple)

  1. WTF JAMstack (en) ↩︎
  2. Clever Age a un engagement fort dans ce programme et les valeurs qu’il véhicule et le prouve avec près de 80 certifiés dont +40 % d’experts. ↩︎
  3. Clever Age était sponsor des 2 éditions et a participé en tant que speaker lors de la 1ère édition ↩︎

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un astérisque.

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants dans votre commentaire : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre>