· E-commerce

Les Papis du Web Épisode #7

Septième épisode des Papis du Web

Dans Les Papis du Web Épisode #7, retrouvez notre web série sur l’actualité du web à 360° analysée par nos Papis du Web.

Actualité et veille techno sur les sujets digitaux qui vous concernent, vues par nos experts… Le tout, en toute indépendance.

Ce mois-ci, Frédéric Bon (Président), Olivier Martinerie (Directeur du Pôle Conseil) et Thierry Vercruysse (Consultant Architecte Technique) échangeront sur les sujets d’actualité.

Au programme de ce septième épisode :

L’actualité : Le e-commerce délégué

Dans les années 2000, les e-marchands s’appuyaient souvent sur une plateforme externalisée (ou “déléguée”) pour vendre leurs biens et services. Aujourd’hui, les marques gèrent quasiment toutes elles-mêmes tout leur catalogue et la logistique associée. Mais de nouveaux acteurs arrivent et proposent une nouvelle forme de délégation e-commerce.

Prenons l’exemple d’Ocado, dans le domaine de l’alimentaire, qui vient d’annoncer son expansion vers l’Asie avec un contrat signé avec Aeon au Japon.
Pour développer son business, Ocado propose sa plateforme en location à la fois sur la partie e-commerce mais surtout sur la partie logistique. La société a robotisé de manière très performante sa distribution en apportant un service extrêmement qualitatif et à un prix compétitif.

Dans le métier de la distribution alimentaire, les marques peuvent soit développer seules leurs plateformes, soit faire appel à ce type d’acteur en bénéficiant alors d’une technologie de pointe.
Certains – comme Rakuten, Tmall ou Lazada, ont développé au sein de leur marketplace des sections spécifiques à chaque marque (“shop in a shop”), connectant une partie du SI de la marque à la plateforme pour proposer des services comme le click and collect ou un service de fidélisation, et font bénéficier d’une audience élargie (par exemple Lazada qui ouvre à des marques des zones comme le SE asiatique).

Ces acteurs valorisent la marque, contrairement à des marketplaces comme Amazon qui s’érigent de plus en plus contre ces dernières, ce qui poussent certaines d’entre elles à sortir carrément du site du géant américain (Ikea, Nike, …).

Le dossier du mois : Les API

Les API sont habituellement considérées comme des interfaces de programmation techniques qui permettent de relier des applications entres elles sur des protocoles standardisés (Rest, Web Service SOAP, bibliothèques, GS1…).

C’est une approche classique qui existe souvent en entreprise (création de nouvelles applications, introduction de nouveaux référentiels de données, travail sur l’analyse de données, …) mais on oublie une notion importante qui est : Pour qui ? Qui va utiliser l’API ? A qui bénéficie les applications faites avec des API ?

L’idée est de voir cette notion d’API non pas autour d’une interface technique mais plus autour d’un produit API qui apporte de la valeur pour un utilisateur final (avoir un stock à jour, des prix personnalisés, le statut des points de fidélité…).

L’objectif est :

  • d’accroître la productivité à travers un catalogue d’API qui apporte de la valeur structurée en domaine métiers,
  • de faciliter l’innovation, tester rapidement des nouvelles fonctionnalités en combinant des APIs,
  • d’améliorer la collaboration entre équipes,
  • de produire plus rapidement des solutions répondant à des enjeux métier,
  • d’acquérir une plus grande agilité entre équipes pour des données connectables en libre service réutilisables,
  • de réduire les coûts dès lors que la plateforme d’API est définie.

Une stratégie basée sur des API est la réponse à long terme qui fournit la productivité, l’agilité et l’innovation nécessaires pour vous aider à combler le fossé d’intégration des systèmes actuels en fournissant un accès « plug and play » aux données.

Les étapes d’une stratégie d’API :

  • Comprendre le rôle que la stratégie d’API jouera dans votre stratégie commerciale et digitale globale,
  • S’assurer que l’architecture de votre entreprise et que vos équipes informatiques sont alignées sur « l’API Thinking »,
  • S’assurer de disposer des plateformes et des outils appropriés pour activer techniquement votre stratégie d’API : API,
  • Manager et Intégration,
  • Évangéliser vos API avec vos équipes internes et partenaires externes,
  • Mesurer l’efficacité de vos programmes d’API et mettre en œuvre un enrichissement continue des catalogues API à mesure que vous grandissez en maturité.

L’« API Thinking » consiste en une étude autour de la valeur que veut apporter une API, de qui va pouvoir l’utiliser (API user), quels sont les besoins que l’on souhaite résoudre et quels seront les cas d’utilisation.

On cherche ensuite à mettre en oeuvre quelles sont les fonctionnalités de cette API (temps réel, accessibilité, sécurisation…) puis on va regarder techniquement comment l’API est prévue d’être utilisée (via un portail, une App, en libre service, via un tableur excel, …) puis quelles sont les applications capables de fournir ces informations (l’ERP ? la plateforme e-commerce ? l’OMS ? Le …moteur de fidélité ?) pour enfin travailler techniquement sur l’intégration de cette API avec le système réel par mécanismes de routage, transformations de données et/ou protocoles.

Le Top : Les plateformes Low-Code

Le Web a hyper-spécialisé les langages de programmation : il existe un langage pour le Front, pour le Back, pour l’interaction… Donc produire une application de nos jours et l’opérer peut coûter beaucoup plus cher aujourd’hui qu’à l’époque du client-serveur.

De nouveaux acteurs arrivent sur le marché (Koni, Outsystems, …) et apportent la capacité de développer plus rapidement et de générer du code tout en s’affranchissant de l’éditeur : ces solutions proposent un environnement de développement avancé permettant de créer son interface visuelle en wysiwyg.

Elles vont ensuite générer du code qui s’exécutera dans un environnement standard de fait (HTML, React JS, PHP, DotNet, …) et donc produire des applications mobiles ou Web respectant les standards de fait et non ceux des éditeurs.

Il faudra surveiller que le code généré est récupérable et viable dans le temps mais la promesse de récupérer une productivité perdue depuis 20 ans est là.

Le Flop

Stop aux concours d’auto-congratulation des gens de la profession qui fleurissent nos murs Linkedin ! Place au contenu !

Recommandation

Le livre “Les Possédés”, édité par les auteurs de la newsletter TechTrash.
Il révèle les travers de notre industrie et démonte l’ensemble des pratiques des acteurs qui essaient de devenir des ogres de notre secteur, sans respect des lois et usages.

→ Voir l’épisode #1

→ Voir l’épisode #2

→ Voir l’épisode #3

→ Voir l’épisode #4

→ Voir l’épisode #5

→ Voir l’épisode #6

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués par un astérisque.

Vous pouvez utiliser les balises et attributs HTML suivants dans votre commentaire : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <pre>